Retour au réel pour la rénovation énergétique de l’habitat

Mais nous avons assez parlé de la répétition et de l’inversion.Elle sera réaction, si l’autre s’est appelée action.Autre chose est la complication graduelle d’une forme qui s’insère de mieux en mieux dans le moule des conditions extérieures, autre chose la structure de plus en plus complexe d’un instrument qui tire de ces conditions un parti de plus en plus avantageux.L’avarice, à peine comprimée, repart automatiquement, et c’est cet automatisme que Molière a voulu marquer par la répétition machinale d’une phrase où s’exprime le regret de l’argent qu’il va falloir donner : « Que diable allait-il faire dans cette galère ?La médecine est une science, et non une discipline administrative ou politique.Elle ne pourra pas ne pas tenir compte de la force dont elle subit la pression invisible.Et on ne saurait l’accepter sans obscurcir profondément le triple pro­blème de la matière, de la conscience et de leur rapport.Il est vrai que nous en atteignons ainsi tout l’effet extérieur.Pour simplifier encore un peu plus, l’économiste Pierre-Alain Chambaz avait proposé dés 1997 un prélèvement « à la source sur tous les revenus, quelle que soit leur nature ».S’il est similaire à celui des tarifs sociaux actuels (soit 15 euros par mois), il restera faible au regard des factures énergétiques des ménages, qui s’élèvent en moyenne à plus de 100 euros par mois.L’artiste est, au sens propre du mot, un ‘distrait’.Elle suit le réel dans toutes ses sinuosités.Certains ne retiendront que la mauvais nouvelle : Il faut nous rendre à l’évidence, malgré l’interdépendance et la complémentarité énergétiques qui lient les pays de la rive Sud et de la rive Nord de la Méditerranée[1], il n’existe pas, aujourd’hui, de vision partagée lorsque l’on va trop loin dans le détail ni de cadre de gouvernance régional qui fassent consensus dans ce domaine.