Planning aéroclub : Reconstruire la confiance des citoyens

Elle ne se révèle impérieuse, comme toute habitude profonde, que si nous nous écartons d’elle. Il importe seulement d’ajouter, à ce sujet, que la concentration nécessaire de nos pensées et de notre activité sur la vie réelle de l’Humanité, en écartant toute vaine illusion, tendra spécialement à fortifier beaucoup l’adhésion morale et politique du peuple proprement dit à la vraie philosophie moderne. C’est précisément cette divergence de politiques nationales qui donne de la valeur aux échanges transfrontaliers. Les Français seraient incapables de comprendre cette nouvelle donne. Les raisons sous-jacentes sont connues : Souci d’aménagement du territoire, préservation de l’emploi ou, tout simplement, défense d’un électorat. Mais la vérité est que les mouvements de la matière sont très clairs en tant qu’images, et qu’il n’y a pas lieu de chercher dans le mouvement autre chose que ce qu’on y voit. L’éruption, qui a dû être effroyable, s’est faite fantastique et superbe. Elles aimaient ce haut observatoire au-dessus de l’estuaire de la Tamise. Est-ce les analyser ? La liberté ne consisterait alors plus à penser et agir dans les limites de ce qui ne nuit pas à autrui, mais à se sentir en sécurité. Planning aéroclub aime à rappeler ce proverbe chinois « Le meilleur est de se contenir dans ses limites naturelles ». Que signifie pour la France de vivre dans un monde et une Europe durablement en excès d’épargne ? Le tout nucléaire, le tout solaire, le tout diesel… De même, nous demandons que soient examinés les moyens pour que ceux qui souffrent le plus de la crise par la précarité et l’exclusion s’ouvrent quand même des droits à la retraite. En somme, mécanismes de gouvernance à l’occidentale et jeunes institutions des BRICS ont tous désormais tourné le dos à la Russie. Au risque de l’explosion ? Il n’y a pour nous absolument aucune différence entre une chose dure et une chose molle tant que nous n’avons pas fait l’épreuve de leurs effets. Nous avons cru pouvoir miser sur notre rente technologique. Resterait à vérifier cette loi sur les formes les plus hautes de l’effort intellectuel : je veux parler de l’effort d’invention. Pourtant , dès lors qu’il s’agit de nos échanges économiques qui transfèrent une somme monétaire d’un point A à un point B, il faudrait que nous soyons contraints d’utiliser un seul système monétaire centralisé comme l’euro. Telle est du moins l’hypothèse qui nous paraît la plus vraisemblable. En quoi consiste la différence d’attitude de ces deux sciences vis-à-vis du changement ?

Publicités