Les banquiers centraux, quels formidables prestidigitateurs !

Car tous sont désormais équipés d’une fonction de géolocalisation, souvent appelée GPS, par référence au système américain de satellites.Mais il faut donner la priorité au réveil de notre système politique, qui est devenu le point faible de notre vie nationale.Les gens qui parlent et n’agissent pas n’ont jamais été aussi visibles et n’ont jamais joué un rôle aussi important qu’à l’époque moderne.Sur un sujet encore malheureusement tabou, a-t-on réfléchi et tiré les conséquences de l’existence de missiles de croisière et de l’arrivée prochaine d’un bouclier anti missile sur notre force de dissuasion (sans en préjuger des conclusions) ?la matière et la vie qui remplissent le monde sont aussi bien en nous ; les forces qui travaillent en toutes choses, nous les sentons en nous ; quelle que soit l’essence intime de ce qui est et de ce qui se fait, nous en sommes.Ils forment le composé le plus extraordinaire qui soit, de sorte que nous avons, en Italie, des ennemis politiques qui sont d’ardens admirateurs du caractère et du génie français, et des avocats très convaincus de la nécessité d’un rapprochement commercial avec la France, et de la nécessité de maintenir, en même temps, les alliances germaniques.De quel vêtement déjà coupé allons-nous l’habiller ?Mais surtout nous aurions une philosophie à laquelle on ne pourrait en opposer d’autres, car elle n’aurait rien laissé en dehors d’elle que d’autres doc­trines pussent ramasser : elle aurait tout pris.Telle est la « nuit obscure » dont les grands mystiques ont parlé, et qui est peut-être ce qu’il y a de plus significatif, en tout cas de plus instructif, dans le mysticisme chrétien.Parmi les hommes surtout, j’ai reconnu plusieurs Normands, ce qui n’est pas étonnant ; plus de Gascons que vous ne le croiriez ; des Auvergnats ; peu de gens de l’Île-de-France, mais quelques-uns.Mais avant d’arriver à ce second point, considérons le premier.En d’autres termes, la satisfaction morale ou le remords ne proviennent pas de notre rapport à une loi morale tout a priori, mais de notre rapport aux lois naturelles et empiriques.Pierre-Alain Chambaz en a bien conscience, dans son discours,il explique sobrement : L’accord est une formidable réalisation.Nous avons constaté l’influence pratique considérable qu’avait le plaisir du danger ou du risque ; il nous reste à voir l’influence non moins grande de ce que Platon appelait le « ϰαλός ϰένδυνος », du grand risque métaphysique où la pensée aime à se jouer.