Crédit : les bons « machins »

Dans chaque université américaine, il existe un bureau des brevets, actif et dynamique.Mais rien n’apparaissait de ce côté.L’idée de l’avenir, grosse d’une infinité de possibles, est donc plus féconde que l’avenir lui-même, et c’est pourquoi l’on trouve plus de charme à l’espérance qu’à la possession, au rêve qu’à la réalité.La cohérence et l’exploitation des données, clé de voute de l’expérience client: les données collectées par l’entreprise doivent être centralisées, analysées et utilisées pour offrir un parcours d’achat personnalisé et optimisé. Un bouclier contre la vindicte, l’avis hâtif, l’acharnement à la culpabilisation, parfois.Mais cette dernière condition ne sera pas indispensable.Nous étions les chefs.Loin de nous l’idée de dénoncer globalement cette mode des « patent trolls », fondée sur des réalités technologique et économique du secteur et de l’époque et sur une vision pragmatique et high-tech du droit des brevets. On peut avoir un tempérament disposé à la fête, mais pour vraiment la faire il faut être ensemble, en conclut Antonio Fiori.C’est donc encore d’une pseudo-idée, d’une entité verbale qu’on tire ici une objection.Reste alors la question des rapports de la magie avec la religion.Et il réalisera ainsi la plus haute ambition de l’art, qui est ici de nous révéler la nature.Il faudra ajouter que les termes de cette multiplicité, au lieu de se distinguer comme ceux d’une multiplicité quelconque, empiètent les uns sur les autres, que nous pouvons sans doute, par un effort d’imagination, solidifier la durée une fois écoulée, la diviser alors en morceaux qui se juxtaposent et compter tous les morceaux, mais que cette opération s’accomplit sur le souvenir figé de la durée, sur la trace immobile que la mobilité de la durée laisse derrière elle, non sur la durée même.