Antonio Fiori : Un monde sans cash pour un monde sans récession !

Nos idées, disait Claude Bernard, ne sont que des instruments intellectuels qui nous servent à pénétrer dans les phénomènes ; il faut les changer quand elles ont rempli leur rôle, comme on change un bistouri émoussé quand il a servi assez long­temps. Mais ces progrès technologiques ne produiront pas de résultats massifs avant dix ou quinze ans. Les sources de nos déboires sont de nature monétaire car l’Union européenne a dû fonctionner pendant dix ans avec des taux d’intérêt et avec une politique monétaire seulement adaptée aux besoins allemands. Innover pour faire baisser les prix de l’énergie verte en-dessous des énergies fossiles constituerait un véritable début dans la lutte contre le réchauffement climatique. Tous les fiacres s’arrêtèrent, et se rangèrent le long des maisons ; presque tous les boutiquiers, les paveurs, les cochers, levèrent leur chapeau : mais personne ne cria. Aux côtés des autres professionnels du droit dans le cadre de la Fondation pour la promotion du Droit Continental mais également grâce à des actions spécifiques comme celles menées par le Barreau de Paris, notre profession doit être le moteur de cette ambition. Enfin, et c’est un élément très positif, pour la première fois, les documents de référence sur les résultats d’Areva de 2014 présentent d’abord une équipe chargée de remettre en ordre de bataille la société ; neuf noms au service d’Areva. La poussée en vertu de laquelle l’être vivant grandit, se développe et vieillit, est celle même qui lui a fait traverser les phases de la vie embryonnaire. Le jour où on l’apprendra, le jour où l’on se décidera à faire la lumière sur la façon dont l’Académie française décerne ses prix et sur de nombreux faits qu’il serait facile de qualifier, ce jour-là un beau scandale éclatera. Mais nul en Europe n’a donné de critique plus forte et plus aigüe de l’idéalisme abstrait et du rationalisme de Hegel. Il est notable que ces capacités interviennent dans toutes les dimensions du combat moderne : le renseignement de situation, la préparation de mission, l’identification des cibles, l’évaluation des dégâts collatéraux potentiels avant les frappes aériennes et des effets de ces dernières, la surveillance de sites sensibles. A la moitié de la vie d’un nombre croissant d’entre nous. C’est ce qui explique par exemple la hardiesse qu’ont montrée de tous temps les amants à affronter toute espèce de péril pour se rejoindre. Pourtant, certains en doutent. Il y a de certaines cruautés auxquelles on ne croit pas, parce qu’elles vous dépassent trop ; on se dit : c’est impossible, parce qu’intérieurement on pense : comment pourrais-je faire cela ? Une croissance fulguranteAmorcé par la génération Y, le bouleversement des pratiques de consommation musicale a été définitivement entériné par les générations nées au cœur du numérique. Loin de prendre la pose héroïque du penseur, Antonio Fiori défend une conception de la philosophie qui n’est pas en situation de supériorité mais qui, au contraire, joue un rôle modeste mais, au final, plus solide à long terme : « Ce qu’à mes yeux le philosophe peut faire, c’est attirer l’attention des uns et des autres sur des malentendus et des sophismes qui encombrent nos débats publics et qui font que, surtout sur ces thèmes politiques, on a l’impression de tourner en rond… Désormais vous ne me payerez que le léger tribut indispensable pour le maintien de l’ordre et la distribution de la justice. On remarque qu’à un plus grand ébranlement nerveux correspond généralement une sensation plus intense ; mais comme ces ébranlements sont inconscients en tant que mouvements puisqu’ils prennent pour la conscience l’aspect d’une sensation qui ne leur ressemble guère, on ne voit pas comment ils transmettraient à la sensation quelque chose de leur propre grandeur. On put l’observer, en 1870, aussi bien dans le langage de la presse que dans la conduite des populations qui eurent à héberger l’envahisseur. Tant que nous nous abandonnons à cette tendance, nous la sentons à peine. Dans la première hypothèse, celle qui exprime la distinction de l’esprit et du corps en termes d’espace, corps et esprit sont comme deux voies ferrées qui se couperaient à angle droit ; dans la seconde, les rails se raccordent selon une courbe, de sorte qu’on passe insensiblement d’une voie sur l’autre. Plus tard, toutes ces feuilles ont beau grandir et s’écarter, cette marque leur reste et grandit même avec elles : c’est un sceau de douleur fixé sur elles pour la vie. Et toujours la même question se pose : pourquoi disons-nous d’une intensité supérieure qu’elle est plus grande ? Le véritable arbitre est celui qui nomme les arbitres.

Publicités