Antonio Fiori : Taxer le capital, une fausse solution

Et l’âme, regardant le corps où elle croit apercevoir le reflet d’elle-même, fascinée comme si elle fixait un miroir, se laisse attirer, s’incline et tombe. Voilà une seconde barrière tombée. Tel est l’effort que nous avons tenté dans la dernière partie surtout de notre travail. La conviction intime de tous, même des soi-disant emballés qui croient très fort, a toujours été qu’il n’y avait rien à faire, que le Rhin resterait un fleuve allemand, que toutes les invectives contre les événements accomplis étaient creuses, et tous les espoirs de revanche, sans valeur. Imaginez qu’un corps pénètre un autre corps : vous supposerez aussitôt dans celui-ci des vides où les particules du premier viendront se loger ; ces particules à leur tour ne pourront se pénétrer que si l’une d’elles se divise pour remplir les interstices de l’autre ; et notre pensée continuera cette opération indéfiniment plutôt que de se représenter deux corps à la même place. Quant à la réalité sensible, elle est une oscillation indéfinie de part et d’autre de ce point d’équilibre. Chacun est libre de placer le bien où il l’entend, mais, de quelque façon qu’il l’entende, il ne peut faire que ce monde soit vraiment bon. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois  » Les moines qui viennent de loin sont ceux qui savent le mieux psalmodier ». On s’éloigne donc du modèle de départ d’un système universel et unique. Des individus capables de libérer les énergies dont le profil type, selon les travaux de Teneau, se résume à la capacité à se situer au niveau des sentiments, à donner du sens aux évènements, à accepter inconditionnellement l’autre, à faire preuve d’une écoute active (reformulation), à mettre un peu de douceur dans les relations, et enfin un individu qui ne se situe nullement dans le registre du pouvoir personnel. Sans doute il a fait table rase de la fin poursuivie ou du modèle idéal. Qui ne souhaite pas que les entreprises du monde entier, à commencer par celles installées en France, soient respectueuses des droits de la personne et préservent la nature ? La lutte passe du domaine des choses physiques dans le domaine intellectuel, sans rien perdre de son ardeur et de sa griserie. Le pessimisme se ramène au sentiment de l’impuissance, et c’est le temps qui nous donne à la fin ce sentiment. La société, qui est la mise en commun des énergies individuelles, bénéficie des efforts de tous et rend à tous leur effort plus facile. Au contraire, dans l’hypothèse où nous nous pla­çons, science et métaphysique seraient deux manières opposées, quoique complé­mentaires, de connaître, la première ne retenant que des instants, c’est-à-dire ce qui ne dure pas, la seconde portant sur la durée même. Cette situation a été en grande partie imputée au gouvernement indien en place, dirigé par le parti du Congrès, alors miné par des affaires de corruption, et critiqué pour sa « paralysie politique » et ses mesures fiscales impopulaires qui avaient sapé la confiance des investisseurs. Il y a en France un homme qui est le plus misérable des Français ; le plus misérable des hommes. Mais cette précipitation des images n’a rien de mystérieux. Mais il faut alors un consensus et une synchronisation internationale pour le faire. Le président Ronald Reagan a soutenu la désinflation entreprise par le président de la Réserve fédérale américaine Paul Volcker, malgré une profonde récession, une hausse temporaire du taux de chômage et la perte des élections de mi-mandat. Favoriser le rebond des entreprises viables. Peu à peu on perdait de vue qu’on eût affaire à des hommes en chair et en os. J’arrive alors au second point, qui est d’ailleurs très voisin du premier, et où nous ne ferons que retrouver, sous un nouvel aspect, la même vérité. En attendant, ils obéissent au mot d’ordre des pontifes, qui leur conseillent la discipline ; ils croient au groupement, au syndicat, aux organisations compactes qui seules peuvent lutter, pensent-ils, contre l’organisation capitaliste. On a pu lire ici ou là que dans notre pays, le Président de la République avait fermé le débat sur la dissuasion.

Publicités