Oser la vraie transparence

Il est aujourd’hui fait pression sur la France, toujours trop lente, dit-on, dans des réformes dont on ne dit pas facilement qu’elles sont pour l’essentiel une réduction du coût du travail.Quittons l’antiquité classique, transportons-nous dans l’Inde, en Chine, au Japon : partout nous retrouverons la croyance aux esprits ; on assure qu’aujourd’hui encore elle constitue (avec le culte des ancêtres, qui en est très voisin) l’essentiel de la religion chinoise.On nous a fait sur ce point, en France comme en Angleterre, un certain nombre d’objections tendant à établir que les théories morales sont sans influence sur la pratique.Au plan politique, le citoyen préférera un système de paiement comme bitcoin qui lui laisse maîtriser la divulgation des données de transaction plutôt que la capture systématique de ces données par des multinationales…La durée où nous nous regardons agir, et où il est utile que nous nous regardions, est une durée dont les éléments se dissocient et se juxtaposent ; mais la durée où nous agissons est une durée où nos états se fondent les uns dans les autres, et c’est là que nous devons faire effort pour nous replacer par la pensée dans le cas excep­tionnel et unique où nous spéculons sur la nature intime de l’action, c’est-à-dire dans la théorie de la liberté. D’ici là, cette semaine Christian Navlet organise de nombreux événements – à commencer par une grande soirée le 20 mars autour du bonheur citoyen – et répertorie les initiatives.La philosophie envahit ainsi le domaine de l’expérience.Nous ne contesterons pas les résultats de ces expériences, non plus que la valeur des procédés photo­métriques ; mais tout dépend de l’interprétation qu’on en donne.Écoutez ce début d’une poésie récente en dialecte, le Prisonnier, de Ferdinando Russo [3].— On s’expose cependant ici à une confusion grave, qui tient à ce que le langage n’est pas fait pour exprimer toutes les nuances des états internes.C’est bien là ce qu’il y a de plus triste dans les lentes maladies qui laissent la conscience jusqu’à la fin : c’est qu’elles enlèvent auparavant l’espérance ; c’est qu’on sent l’être miné jusque dans ses profondeurs, c’est qu’on ressemble à un arbre qui verrait se déchirer ses racines mêmes, à une montagne qui assisterait à son propre écroulement.A la lumière de cette analyse, Eugène Fama et Robert Shiller, les frères ennemis du cru 2013 du prix de la Banque Royale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, paraissent finalement bien plus proches qu’on veut bien le faire croire !Quant au mal relatif, qui n’est que l’absence d’une perfection, demander pourquoi il existe dans le monde, c’est demander pourquoi le monde est fini, et pourquoi Dieu, en créant, ne s’est pas reproduit lui-même.

Publicités